Gerald Kurdian
WHAT IF ALL THE LIVING THINGS WERE SISTERS ?


Gerald Kurdian

HOT BODIES OF THE FUTURE ! est un cycle de recherches trans-disciplinaire initié en 2017 par Gérald Kurdian.

Aux moyens de la performance, de la composition musicale, du film ou de la photographie documentaire, il y expérimente une critique des formes contemporaines au regard des révolutions politiques initiées par les minorités sexuelles queer, LGBT+, éco-sexuelles, féministes, pro-sexe, etc.

Ces efforts d’émancipation lui permettent d’imaginer quelles formes ou expériences artistiques pourraient, dans la relation du public à l’objet, laisser place à d’autres formes de subjectivités, de manières de faire récit et ainsi, ouvrir d’autres possibles pour nos poétiques et nos utopies politiques collectives.

Les projets HOT BODIES - STAND UP (une performance solo), HOT BODIES - CHOIR (une chorale féministe participative), A QUEER BALL FOR HOT BODIES OF THE FUTURE (une série de fêtes d’amour pour la célébration des corps queer et de leur révolutions), HOT BODIES - DRIVE IN (un installation performée) et le projet musical Tarek X en sont les premiers objets.

PERFORMANCE

Gerald Kurdian

HOT BODIES - STAND UP est le titre d’une performance musicale pour un interprète - Gérald Kurdian -, un sampler et video projecteur.

Empruntant aux vocabulaires du stand-up, du concert de musique électronique et de la photographie documentaire, son livret déplie le parcours auto-fictionnel de Gérald Kurdian dans l’expérience des aspects révolutionnaires de sa sexualité.

À l’instar d’un Dante traversant l’au-delà, on y revoit avec humour et physicalité, le Cyborg de Donna Haraway, la Her-Story d’Annie Sprinkle, la magie politique de Starhawk ou le Manifeste Contra-sexuel de Paul B. Preciado en cherchant les transductions musicales et performatives des alternatives politiques queer, fétichistes ou éco-sexuelles qu’ils défendent.

CRÉDITS

Concept & Performance : Gerald Kurdian & Tarek X
Technique Son : Justine Herbert
Dramaturgie : Valérie Castan
Collaborations Artistiques : Arantxa Martinez, Lola Rubio
Production : Caroline Guaine
Chargée de production : Sarah Parolin
Administration : Caroline Guaine et Marie Lépicier
Co-production & Soutiens : Le Centquatre / Casa Encendida & CA2M / La Bellone / Reykjavik Dance Festival / Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges / Sophiensaele / Emmetrop & Bandits Mages / Centre Fleury Goutte d’Or Barbara / APAP / Performing Europe
Avec le soutien de la DRAC - Île de France

→ TOUR

WORKSHOP

Gerald Kurdian

Les chorales HOT BODIES réunissent des personnes curieuses des activismes féministes et queer autour d’une pratique d’écriture et de chant choral.

On y échange les expériences, les idées, les pratiques, à partir de lectures collectives de documents issus des activismes queer et féministes (Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges, Cyborg Manifesto de Donna Haraway, Scum Manifesto de Valérie Solanas, etc) et ce vers l’écriture de textes révolutionnaires.

Ces documents uniques, polyphoniques et indociles, constituent alors la base d’une partition chorale mise en musique électronique par Gérald Kurdian, arrangée ensemble et interprétée en public par tou.te.s les participant.e.s.

CLUB PARTY

Gerald Kurdian

Soirée d’amour pour les révolutions queer, A QUEER BALLROOM FOR HOT BODIES OF THE FUTURE met à l’honneur celles et ceux qui électrisent les corps, les désirs, les utopies politiques et les joies collectives : Gender-benders, éco-sexuels, féministes, afro-futuristes, sorcières, faeries, fétichistes, lesbiennes, gays, bi, trans, cyborgs, non-binaires, poly-sexuels, party animals et autres créatures du futur dans l’idée d’un partage d’expériences joyeuses et subversives.

Initiée par Gérald Kurdian, elle se réinvente à loisir et milite avec un corps collectif magique contre le patriarcat et les institutions xénophobes.

Parfois, elle aime lire, embrasser des inconnus et danser nue sur un disque de Mykki Blanco.

INSTALLATION — PERFORMANCE création 2019

Gerald Kurdian

Le projet HOT BODIES - DRIVE IN ! naît d’une envie de comprendre comment une ré-évaluation de nos “images" de la sexualité, et par capillarité, des “images” que l’on se fait du désir et des corps, pourrait dessiner les contours d’une utopie politique en marge des normes proposées par les idéologies contemporaines dominantes.

Pour cela, j’invente une pratique de création video pour une série de courts films de science-fiction post-porn où la sexualité a fonction de soin.

À l’image des cinémas de plein air américains où l’on accède en voiture, HOT BODIES - DRIVE IN ! s’imagine comme une installation-video performative dans un espace hybride à mi-chemin entre le ciné-club, la salle de concert et la salle d’exposition.

À l’aide de quelques transats, de pop corn et de bières, on créerait les conditions d’une dé-construction collective des images du corps sexuel à l’écran (et des discours qui les entourent) et ce dans le cadre d’activations de l’installation lors de projections (de rushes, de séquences), de débats ou de performances.

MUSIQUE (techno-club faerie, lo-fi electronics)

Gerald Kurdian

Tarek X est un mélange d’expérimentations pop, de techno-lo-fi et de dark ambient. Il donne la voix aux corps minorisés sous les kicks et les stroboscopes.

Tarek transpire, Tarek laisse des traces.

Tarek a des cornes, des voix, des sisters.

Le coeur de Tarek bat fort et vite. Tarek danse comme les faunes et les faeries.

MUSIQUE 2009
MUSIQUE 2016
PERFORMANCE 2009 Gerald Kurdian

Le projet 1999 prend appui sur les 48 épisodes de la série Cosmos 1999 (et son scénario*) et tente d'en dégager les dynamiques imaginaires, kinesthésiques et politiques afin de les utiliser comme une ou des partition/s performative/s pour la scène.

De manière pratique, ils s'agit d'un cut-up de petites actions (parler, marcher, courir), de petites danses (tango, mambo, jerk) et de chansons d'amour.

Les différents dispositifs mis en place dans le cadre de 1999 tendent donc à mettre en parallèle les dimensions utopiques propres au cinéma d'anticipation et celles de l'auto-production musicale.

Ils sont pensés à l’aide des « cadres de travail » de l'industrie musicale et reprennent les « rôles-étapes » de la production d'un disque, de son enregistrement à sa diffusion : le musicien, le chanteur, l'ingénieur du son, le graphiste, le photographe, le réalisateur de vidéo-clips, etc. Volontairement lo-fi, 1999 questionne donc les conditions d'accès au travail du « spectacle », tant pour les créateurs que pour le public, et souhaite laisser aux spectateurs le choix de leur investissement.



CRÉDITS

Conception et interprétation : Gérald Kurdian
Co-production : Centre Clark / Montréal, W2 productions
Remerciements : Les Laboratoires d'Aubervilliers, Philippe Quesne / Vivarium Studio, CCN de Montpellier, la Ménagerie de Verre.

→ TOUR

PERFORMANCE 2010 Gerald Kurdian

18 chansons (ou comment, de joie, le phénix ému s’éteint) est une comédie musicale de proximité, interprétée par les employés du Mac/ Val, tournée et retransmise en direct à l’aide d’un appareil photo numérique et d’un vidéo projecteur.

Prenant autant appui sur les codes de représentation de la passion au cinéma que sur les évènements récents de la vie amoureuse de Gérald K., ce spectacle choral s’articule autour d’un ensemble cohérent de 18 chansons d’amour. Chacun de ces morceaux, tantôt issus du repertoire de This is the hello monster ! (son avant-pop solo band) ou d’un patrimoine musical pop qui s’étendrait des sixties au début du XXIème siècle, s’imagine donc comme un prétexte au déploiement d’un fil narratif à mi-chemin entre fiction générique et journal intime le tout en 6 x 3 x 3 minutes.

CRÉDITS

Conception et interprétation :
Gérald Kurdian en collaboration avec l’équipe du Mac/Val
Production : Mac / Val

→ TOUR

PERFORMANCE 2011 Gerald Kurdian

Je n’ai jamais joué dans un club, ni vu le soleil se lever sur la dalle de béton d’une rave-party dans une usine. Je n’ai pas d’uniforme en latex, pas de vêtements féminins et ne pourrais séduire personne en dansant sur une table. Dans le cadre des Nuits Sauvages (Nits Salvages) du CCCB - Centre de Cultura Contemporània de Barcelona - je vais tenter, avec la chanteuse transexuelle La Prohibida, de mettre au défi mon sens du spectacle, du beat et de l’énergie en utilisant les vocabulaires sensoriels et politiques de la culture club.

No future No no limits No future No no limits

CRÉDITS

Conception et interprétation : Gérald Kurdian
Production : Centre de Cultura Contemporània de Barcelona

→ TOUR

PERFORMANCE 2012 Gerald Kurdian

Le projet The Magic of Spectacular Theater prend appui sur une approche expérimentale de l’anthropologie afin de tenter de déplier à l’aide des moyens conjoints de la performance, de la prestidigitation et de la pop music, la notion de magie.

Pensé comme une sorte de cérémonie distanciée, de conférence habitée ou de concert théorique, The Magic of Spectacular Theater pourrait s’imaginer comme une célébration lo-fi de l’extra-ordinaire tentant de simultanément observer, repenser ou souligner les aspects fantômatiques du spectacle contemporain et donc de mettre en lumière, la place de l’émerveillement dans un monde partagé entre analyse et intuition, évidence et invisible, en équilibre entre la pratique concrète et la magie du spectacle.

CRÉDITS

Conception et interprétation : Gérald Kurdian
Régie Son : Adrien Gentizon
Assistanat : Élise Simonet

Production : Kerstin Schroth
Co-production : Web 4.3 : Vooruit Kunsten Centrum (gand) / Le Vivat (armentières) / WP Zimmer (anvers) / Kunsten Centrum Buda (kortrijk) / Centre Pompidou (metz) / Le 104 (paris) / Crossing the Line Festival & FI/AF / Abrons Arts Center (new york)

Avec le soutien de La Fondation d’entreprise Hermès / L’Institut Français – Ministères des Affaires Étrangères
En partenariat avec le Théâtre de la Cité Internationale (paris)

→ TOUR

PERFORMANCE 2014 Gerald Kurdian

Tout comme les classiques du cinéma de série Z (Godzilla, Plan 9 from Outer space...), le projet La Solidité des Choses fait appel à un imaginaire vibrant entre l’organique du corps, les avancées technologiques, l’histoire des conflits politiques et des pratiques sexuelles, par exemple. Il porte un ensemble de questions relatives au progrès et à l’influence des nouvelles technologies domestiques (ordinateurs, tablettes, smartphones) sur nos corps, nos imaginaires, notre perception du réel.

Il y est donc tout autant question de la nécessité de l’humain à dépasser ses disparitions (célébrité, postérité, résilience) que de son inévitable rapport au pouvoir (marketing, performance, patrimoine). On y interroge la solidité de nos moyens, et donc de nos appuis, en considérant à la fois, du vivant et de son image, ce qui permet la perspective (la nature, les sciences, l’imaginaire, l’idéal, le commun, etc) et ce qui l’arrête (l’épuisement des ressources, des esprits, des communautés).

On y écoute les voix de ceux qui se renouvellent, se réinventent, se réincarnent en y retrouvant nos mythes, nos croyances, nos monstres.

On y avance, quelque part, en équilibre, entre solidité de nos choses et liquidités de nos mondes virtuels.

CRÉDITS

Conception et interprétation : Gérald Kurdian
Régie Son : Adrien Gentizon
Assistanat : Mylène Lauzon

Production : Fanny Lacour et Julien Princiaux

Co-production : Le Manège (Maubeuge) / BUDA (Kortrijk) / WUK (Vienna)

→ TOUR

RADIO 2006

Gerald Kurdian

«Bernard... très gentil, très doux, cheveux gris argent, suce et baise normalement. 80 francs.» «Vieillard lubrique chauve. Garde son slip le plus longtemps possible. Minaude, pelote, baise. «Roger. Suce. Enculé. Jouit aussitôt dans la bouche. 100 francs.» «Enorme cochon... Façon flic, brute, éjacule entre les seins. 70 euros. Demander plus.» «Beau jeune homme, blond, musclé, mystérieux. Maso... Esclave. Encore enculé. Sucé, baisé. 100 francs. La totale pour cent balles... hein !»

De courtes descriptions de clients qui en disent long sur la face cachée de la gent masculine. Invitées à livrer leur quotidien au micro de Gérald Kurdian, des prostituées des quartiers toulousains posent un regard amusé sur leurs secrets d’alcôve qu’elles égrènent avec délectation et parfois un brin de consternation dans un documentaire diffusé dimanche sur France Culture.

[...] MARC LAUMONIER pour le quotidien LIBÉRATION


→ LIRE L'ARTICLE
→ LIEN FRANCE CULTURE

RADIO 2009

Gerald Kurdian

6M1L / 6 Mois 1 Lieu est le nom d'une expérience chorégraphique initiée par Xavier Le Roy et Bojana Cvejic.

Elle prit place entre le 7 juillet et le 21 décembre 2008 au Centre Chorégraphique de Montpellier et a réunit 16 travailleurs curieux de questionner leur méthodologies, leurs corps, leurs pratiques (création, interprétation, relation au public, aux institutions, partage d'informations, théorie, etc). À mi-chemin entre la résidence expérimentale et le processus d'auto-éducation collectif, ce défi logistique a donc permis de stimuler les dynamiques de groupe tout en interrogeant chacun de ses acteurs dans sa relation à l'idée de responsabilité.

Il s'articulait autour de 3 principes clés :
* Proposer un projet
* S'impliquer dans deux projets au minimum
* Rester au Centre Chorégraphique pendant au minimum 5 mois

Mon projet dans ce cadre a consisté à collaborer avec eux à la production de matériel critique audio.

La nuit, j'ai petit à petit confronté notre approche du travail théorique à notre approche de la composition et écrivais, dans l'ombre, quelque pièces sonores miniatures, des bricoles en équilibre entre leurs idées, leurs corps et les instruments fragiles de mon studio.

6 mois, 1 lieu et le comportement de l’ensemble est donc progressivement devenu le journal audio de nos activités, une sorte de documentaire pop se concentrant tout autant sur les enjeux de la danse contemporaine que sur l'étrangeté d'un ensemble qui se déplace.

CRÉDITS

Réalisation : Gérald Kurdian assisté de Lionel Quantin
Co-Production : My Mini Factory !, Atelier de Création Radiophonique / France Culture, Centre Chorégraphique de montpellier, SACD
RADIO 2010

Gerald Kurdian

Archive now est un projet radiophonique écrit dans le contexte et avec les acteurs du champ chorégraphique contemporain.
 A mi-chemin entre la création sonore et le documentaire, il consiste en un cut-up de documents audios eux-mêmes prélevés dans les espaces propres à la création chorégraphique (festivals, salles de spectacle, studios, scènes, colloques..) 

Il tente de déplier les enjeux d'un milieu où le collectif est indissociable de l'idée de création tout en utilisant les propriétés sensibles et kinesthésiques de son environnement sonore.
C'est un programme radio-diffusé dont certaines phases de recherche sont exposées au public sous forme de concerts live dans le cadre du rendez-vous auxquel il participe.
Ayant pour axe principal un questionnement sur l'archivage, Archive now deviendrait donc, dans le temps, une collection de disques contenant chacun une pièce sonore attachée à un lieu-moment unique.

CRÉDITS

Réalisation : Caroline Masini et Gérald Kurdian
Production : Far Festival / Nyon
RADIO 2010

Gerald Kurdian

ANNONCE

Recherchons personnes de tout âge travaillant et/ou habitant dans le 13ème arrondissement pour projet de film musical
Ateliers d'écriture et de composition 1 fois par semaine de mars à juin 2010
Réalisation et présentation publique sur la terrasse Petit Bain: 21 juin 2010
Contact: 06.**.**.**.34 / 06.**.**.**.29
www.petitbain.org / www.myspace.com/lepetitbain

Invités par l'équipe de Petit Bain à réaliser un projet de comédie musicale dans le 13ème arrondissement - nous proposons de réaliser un film musical écrit et interprété par les habitants du quartier. Il s'agirait pour nous de revoir nos méthodologies de travail respectives (l'écriture et la composition musicale) à l'usage de ce contexte. Nous appréhenderons ce projet sur un principe de déplacement et de réappropriation fictionnelle du territoire à travers les parcours intimes et quotidiens des participants. Ainsi ce qui est convoqué ce n'est pas notre imaginaire de visiteur au service de leurs "réels" mais bien l'imaginaire des participants dans leur propre qualité d'auteur. Dans ce paysage-là, du travail, de l'employé, du parcours quotidien, de la fonction sociale, de la hiérarchie, de la crise économique, l'émergence du chant et la fabrique en commun d'images semblent permettre une prise de position forte sur le réel. Elles peuvent faire émerger ce qui en sous-terrain parcoure les gens dans leur fonction. En résumé la place de l'intime et des divagations possibles en terme d'utopie, d'imaginaire, de fiction, de prise de pouvoir, de transformation, d'inversion.

CRÉDITS

Réalisation : Caroline Masini et Gérald Kurdian
Production : Petit Pain / Paris
RADIO

Gerald Kurdian

Un audiorama dans les rues de New York à l’invitation de l’Atelier de la Nuit / France Culture

FILM 2015

Les Îles Artificielles est le titre d’un projet de comédie musicale documentaire initié par Gérald Kurdian et écrit en collaboration avec un groupe d’individus ayant pour point commun un lieu d’activité - travail, études, recherche, loisir, etc - les réunissant quotidiennement.

Simultanément vidéo-danse en décor urbain, musical de proximité ou performance de portraits chantés, ce drôle d’objet s’imagine aujourd’hui comme une possibilité d’éveiller les au-delas poétiques d’une vie contemporaine où le réel n’a de cesse d’être bousculé par un imaginaire 2.0.

Réalisé et interprété dans les couloirs, bureaux, gymnases, cantines, salles de réunion et autres de nos espaces collectifs, il prend la forme d’un film court et d’un spectacle chorégraphique in situ.

Il s’imagine à ce jour comme un prétexte à l’observation, à la rencontre et au mélange des genres et tire ses trames narratives et chorégraphiques des trajets intérieurs - pensées, sensations, émotions - et extérieurs - déplacements, chemins, gestes - de chacun/e/s de ses participant/e/s. Dans le même mouvement, il pose l’hypothèse d’un scénario comme point de rendez-vous de l’inconscient collectif et tente de faire apparaître simplement, à travers la voix chantée, le choeur et le mouvement dansé, certains des doutes, des espoirs, des attentes de l’humanité alentour.

CRÉDITS

Conception : Gérald Kurdian
Interprétation : Lise Beauvallet, Sophie Bordry, Guillaume Boullet, Thomas Bourgueil, Yoann Duballet, Julie Gontier, Anne Gounand, Lucie Hube, Patrick Legros, Valérie Luis, Camille Mathieu, Harold Menendez, Sylvain Michelizza, Julien Renou, Isabelle Tartrou
Production : La Scène Nationale d’Orléans
Remerciements : Thélem Assurances

→ TOUR



Gerald Kurdian

Gérald Kurdian, performer, musicien et artiste-radio, étudie les arts visuels à l’École Nationale d’Arts de Paris-Cergy avant d’intégrer le post-diplôme de recherches chorégraphiques Ex.e.r.ce 07 - Centre Chorégraphique National de Montpellier, sous la direction de Mathilde Monnier et Xavier Le Roy.

Ses concerts obliques - Royal Gala (2007), 1999 (2009), 18 Chansons (2010), My first club- song ever (2011), The Magic of Spectacular Theater (2012), La Solidité des choses (2014), TRKTV (2016) - sont pour lui des opportunités d’inventer des synergies entre les pratiques de la musique pop, de la performance et du documentaire. Ils sont régulièrement présentés dans les contextes des arts visuels (Centre Pompidou - Metz, Fondation Cartier, MAC/VAL, Lieu Unique, Plateau Frac-Idf, Centre Clark - Montréal, etc), de la musique indépendante (Centquatre, Nouveau Casino, Festival des Rockomotives, Musiques Volantes, Rock en Seine, etc) et du spectacle vivant (Usine C - Montréal, Crossing the Line - New York, Festival des Inaccoutumés - Paris, Steirischer Herbst - Graz, WUK - Vienna, etc).

Depuis 2007, il compose des pièces radiophoniques et collabore entre autres avec l’Atelier de Création Radiophonique de France Culture. Dans ce cadre, il y échange avec des travailleuses du sexe - Je suis Putain (2007) - ou des danseurs - 6 mois, 1 lieu et le comportement de l’ensemble (2009) - et explore avec eux quelques unes des perspectives de nos corps contemporains.

En 2010, il remporte le prix Phonurgia Nova pour son projet - Menace, Fantômes (2011) - mené avec l’auteure Caroline Masini et développe depuis lors une série de projets utilisant l’écriture de chansons comme un prétexte au témoignage et à l’échange : Nos jours, absolument, doivent-être illuminés (2011) avec le cinéaste Jean-Gabriel Périot et un groupe de détenus de la maison d’Arrêt D’Orléans, Les Îles Artificielles (2014-15) avec un groupe d’employés d’une compagnie d’assurance.

Il compose pour des réalisateurs Héléna Villovitch - Le plus petit appartement de Paris (2014 - Collection Canal Plus) -, Louise Hervé & Chloé Maillet - The things we know (2009) -, Arnold Pasquier - Paramount (2010) - et Vincent Dieutre - Déchirés, Grave (2013) et des chorégraphes Mette Ingvartsen, Philipp Gehmacher, Eszter Salamon, Thiago Granato, Carole Perdereau et Eleanor Bauer.

Vainqueur du prix Paris Jeunes Talents 09, et repéré par le Grand Zebrock et le FAIR 2010, son premier album sous le nom de This is the hello monster! est sélectionné parmi les meilleurs albums de l’année 2010 du quotidien Libération. En janvier 2016, il sort un deuxième EP, Icosaèdre, réalisé par Guillaume Jaoul et le musicien électronique Chapelier Fou.

Depuis 2016, il développe HOT BODIES OF THE FUTURE!, un projet de recherches performatives et musicales sur les formes alternatives de sexualité et les micro-politiques queer avec le soutien notamment du post-diplôme Arts et Création Sonore de l’ENSAB et des associations Emmetrop et Bandits-Mages. 
Il en présentera les premières formes entre 2017 et 2020 :
HOT BODIES - STAND UP, une performance solo
HOT BODIES - CHOIR, une chorale féministe
A QUEER BALL FOR HOT BODIES OF THE FUTURE, un évènement collectif et joyeux mélant workshops, conférences, projections et dj sets célébrant les acteurs des scènes queer et leur forces de partage.